Connexion.

Notre mission

Production Vidéos | Impact.

Client

KTM | RedBull

Réalisation

15.2.2022

RedBull Session

Camille Chapelière, champion de France des sables 2016 et 3ème motard Français du Dakar 2022
Icon flèche vers le bas noir

Sauts, contacts, bouchons : le pilote moto Camille Chapelière vous embarque dans l'enfer du Touquet comme si vous y étiez... ou comme vous allez peut-être la vivre cette année.

Planifier un appel

Surtout ne pas tomber avant la course

« Dans le pré-parc, il faut rester le plus calme possible. Parce que quand ils ouvrent les grilles, les chiens sont lâchés (rires). Tout le monde se marche dessus. Ensuite, dans le convoi, il faut économiser sa moto. Ne pas abuser de l’embrayage pour qu’elle ne chauffe pas. Ah, et il faut faire également très attention à ne pas tomber. Quand on est dans le paquet, ce n’est pas toujours facile. »

Le départ : attention au sable

« Il faut être hyper attentif et concentré lorsque l’élastique part, parce qu’il y a toute la plage à faire et quand on est dans le paquet – comme c’est le cas lorsqu’on est amateur – on ne voit pas grand-chose à cause des projections de sable. Moi, je pars devant, et je n’ai donc pas ce problème. Tout ce que j’ai à faire, c’est réaliser une super sortie de grille pour faire le hole shot, rester le plus bas possible sur la moto pour ne pas prendre trop de vent et foncer jusqu’au premier virage. Le premier tour, c’est du kif. Après, ça va être la guerre pendant 3 heures ! »

Avoir la piste en tête et voir loin

« Il faut avoir bien visualisé la piste en amont. Parce que même si on sait comment sont les sauts et les virages, on ne sait pas ce qui a été modifié. Parfois, la marée est montée, un appel a été refait, et il est maintenant un peu plus raide. Et si tu arrives très vite dessus, tu peux tomber. Or, moi, je veux savoir exactement où je mets les roues, pour ne pas avoir de mauvaise surprise. Mais il ne faut quand même pas oublier de regarder loin quand on pilote pour anticiper un max ! »

Traverser des bouchons pires que ceux de l’A6

« Là, les plus gros obstacles pour les pilotes comme moi, ce sont les bouchons formés par les retardataires. Surtout sur le deuxième tour, d’ailleurs. Donc il faut faire comme dans le convoi : rester calme et ménager l’embrayage. Mais il faut aussi être malin et ne pas aller au milieu des bouchons. L’idée, c’est de rester sur les bords pour les contourner. Après, au fur et à mesure de la course, il y a de plus en plus d’abandons et de moins en moins de motos, donc c’est plus facile de ce côté-là. »

Éviter les contacts (enfin, le plus possible)

« La moto est un sport un peu rude. Il m’est déjà arrivé d’atterrir sur des pilotes au Touquet. Notamment quand ils se plantent à la réception d’un saut, que tu es déjà en l’air et que tu ne peux donc plus changer ta trajectoire. Mais bon, si tu vois qu’il n’y a rien de grave, tu repars et tu t’excuses à la fin de la course.

Après, sur les dépassements, il faut anticiper, parce que les pilotes que tu doubles ne te voient pas arriver. L’idée, c’est tout simplement d’aller à gauche quand ils vont à droite. Logiquement, la piste est assez large, hein. Mais on n’est jamais à l’abri d’une perte de contrôle... »

Gérer l’évolution du terrain

« La première heure, la piste est assez plate. La deuxième, elle commence à être défoncée. La troisième, c’est la guerre. Des trous se forment et peuvent faire entre 1 et 2 mètres. Après, plus la course avance, moins on va vite. C’est vraiment la technique qui fait la différence. Moi, ce qu’il y a de bien, c’est que j’ai pratiqué plusieurs disciplines avant de faire du sable, comme du motocross ou du supercross, dont j’utilise les techniques quand le terrain est défoncé.

En fait, il faut savoir jouer avec la piste, pas la subir. Les trous, il faut s’en servir pour sauter et garder de la vitesse, parce qu’on s’épuise surtout quand on s’arrête. »


Cultiver l'art de la patience

« Mentalement, la clé sur l’Enduropale, c’est de savoir être patient. C’est toujours ce que j’ai eu un peu de mal à faire parce quand on est en compèt, on aime rouler devant. Mais cette année, je vais attendre le bon moment pour attaquer. Laisser faire la course et me contenter de rester au contact du groupe de tête dans la première heure, sans jamais être distancé à plus d’une minute. Ensuite, l’idée est de faire un gros travail de fond en deuxième heure pour se placer à la bonne position. Enfin, dans la troisième heure, il faut serrer les dents et mettre un coup de gâchette dans les trente dernières minutes pour grappiller des places devant ou gérer l’écart avec les poursuivants ! »

Avoir de la dynamite dans les chaussettes

« Cette année, j’ai fait le Dakar. Soit huit heures de moto par jour pendant deux semaines. Autant dire que côté foncier, j’ai donc la prépa qu’il faut (rires). C’est pourquoi je suis branché à bloc sur l’explosivité, pour que les jambes tiennent le coup pendant trois heures mais me permettent aussi d’attaquer à la fin ! »

No items found.
"Mentalement, la clé sur l’Enduropale, c’est de savoir être patient."
Camille Chapelière
KTM | RedBull

Notre approche.

Camille est l'un des clients qui a profité de toute l'étendue et de la profondeur des compétences de Connexion. ; presque toutes les équipes de l'agence ont mis leur expertise au service de cette marque célèbre. Du marketing direct à l'optimisation pour les moteurs de recherche, des médias sociaux au motion, à l'impression, à la réservation de médias, à la gestion des leads et à l'analyse des données, nos équipes sont à l'écoute du client.
Le résultat
01

Social Media Management | Followerz.

Optimisation des réseaux sociaux.
02

Social Ads | Followerz.

Création de campagnes Ads.
03

Rédaction | Skrive.

Rédaction des textes pour les publications.
04

Production Photos/Vidéos | Impact.

Production d'un shooting photos.
Explore
Restons en Connexion.

Commençons à créer des expériences dignes de ce nom pour vos clients.

Planifier un appel